Transcription audio en texte : Quel type de transcription pour quel type d’enregistrement ?

 

La transcription audio en texte restitue à l’écrit l’intégralité ou de manière synthétique des propos tenus à l’oral lors de divers événements. Différents niveaux de transcriptions coexistent, du verbatim à la note de synthèse. L’intérêt de la transcription audio consiste à conserver ou à communiquer par écrit ce qui a été dit, ainsi qu’à diversifier son contenu. Tous les types d’enregistrement n’exigent pas les mêmes types de transcription. La manière de transcrire en texte diffère selon les types d’enregistrement parce que les possibilités de type de transcription s’envisagent pour répondre à un besoin donné.

transcription audio en texte

Les formats types de la transcription audio en texte

 

La conversion de l’oral à l’écrit peut s’effectuer selon différents types de transcription. Trois niveaux de type de transcription se distinguent.

  • La transcription in extenso, ou verbatim, correspond à une transcription mot à mot, restituant l’intégralité des échanges et intégrant les faux départs ; les hésitations telles que les « euh » ; les tics de langage tels que « du coup » ; les fausses conjonctions, par exemple les « donc » permettant souvent à l’intervenant de réfléchir à ses propos ; les onomatopées, les répétitions, les retours, c’est-à-dire des acquiescements ponctuant les échanges tels que les « oui ». Des rires, des silences, des soupirs, des applaudissements seront également retranscrits selon des normes typographiques afin de restituer l’ambiance ou les émotions survenues lors de l’échange. Une transcription in extenso demande au transcripteur de restituer avec exhaustivité les propos et demande de porter une grande attention à tout ce qui n’est pas verbal.
  • La transcription remaniée ou corrigée épure le texte des éléments alourdissant la lecture du texte. Elle éliminera la plupart des tics de langage, des répétions non pertinentes, des faux-départs. Dans un second temps, elle peut corriger la syntaxe afin de passer du style oral à une syntaxe écrite. Le transcripteur restituera les négations par exemple, changera certains mots trop oraux afin d’améliorer le niveau de langage. La transcription améliorée ne changera pas le sens des propos. Le transcripteur se concentre dans ce cas sur la compréhension et l’intelligibilité des propos.
  • La transcription synthétisée, c’est-à-dire une note de synthèse, offre un compte rendu des échanges. Elle en restitue les points essentiels.

Le traitement de la transcription audio en texte

 

Divers procédés existent pour traiter une transcription audio. Le plus fréquemment, la transcription sera manuelle, c’est-à-dire qu’un transcripteur écoutera l’audio et transcrira au clavier ce qu’il entend. Cependant, il existe également deux formes de transcription automatique : la reconnaissance vocale ou la transcription vocale automatique. La première forme de transcription automatique consiste à dicter à un logiciel ce que le transcripteur entend. La seconde forme de transcription automatique permet, grâce à un logiciel, de transcrire automatiquement l’audio en texte.

Ces trois formats de transcription donnent des résultats écrits différents. De ce fait, tous les formats de transcription ne se traitent pas de la même manière. La transcription manuelle permet d’obtenir tous les formats de transcription puisque le transcripteur effectue le travail. Celui-ci pourra réaliser une transcription in extenso, une transcription remaniée avec un texte épuré, dégagé des tics de langage, des répétitions, écrit dans un français correct et élégant, ou une transcription synthétisée. Les transcriptions automatiques produisent évidemment de l’in extenso, reproduisant l’intégralité des propos, avec répétitions, hésitations, etc. Cependant, le résultat obtenu présente un texte brut difficilement diffusable. Cette transcription exigera une relecture manuelle, voire un travail de réécriture afin d’obtenir une transcription remaniée si le texte doit être diffusé.

La qualité sonore

 

Qu’il s’agisse d’un fichier audio ou vidéo, la qualité sonore de l’enregistrement demeure primordiale pour une bonne transcription. Pour une transcription in extenso, plus la qualité sonore sera bonne, plus la transcription pourra être exhaustive. Bien entendre les intervenants, ne pas avoir trop de bruits de fond ou de parasites améliore les possibilités de transcrire. Ainsi, la qualité de l’enregistrement ou le nombre de locuteurs sont déterminants pour le choix du format de la transcription et pour son traitement. S’il demeure trop de bruits parasites ou que des intervenants prennent la parole simultanément, la transcription automatique ne sera pas possible ou bien le résultat obtenu s’avèrera insatisfaisant. En revanche, recourir à la transcription manuelle permet toutes les formes de transcription, sur tout type d’enregistrement. Le choix du format de transcription influe donc également sur le traitement de la transcription.

Les besoins de transcription

 

La transcription concerne autant les fichiers audios que les fichiers vidéo. Tout propos oral tenu lors de différents événements peut être converti en écrit. Ainsi, peuvent se retranscrire réunions, conférences, entretiens-interviews, dictées numériques, émissions de radio, documentaires, ainsi que les fichiers vidéo. Pourquoi posséder un texte écrit ? Pourquoi transcrire un entretien, une conférence ou une vidéo ?  Les réponses sont aussi diverses que les besoins de chacun. La transcription audio en texte a pour objectif de rendre exploitables des contenus. Il importe de déterminer quelle exploitation sera faite des propos afin de déterminer quel type de transcription choisir.

Conserver à l’écrit ce qui a été exprimé à l’oral répondra à différents objectifs. La transcription s’effectue-t-elle pour archive, pour analyse, pour le domaine légal, pour accès aux malentendants, pour obtenir un support écrit réutilisable, pour disposer d’un écrit afin de réaliser une traduction, pour posséder un moyen de référencement et ainsi faciliter la recherche sur les moteurs de recherche ? Cibler l’objectif de la transcription permet d’identifier son besoin et de choisir le niveau de transcription. Faut-il tout transcrire ? Le besoin de l’écrit répond-il à une nécessité d’exhaustivité ? Ou l’écrit servira-t-il à communication, à diffusion ou à réutilisation ? Ces diverses questions permettent de choisir le type de transcription adéquate.

Exhaustivité ou compréhension ?

 

Ces questions amènent à choisir entre l’exhaustivité des propos ou un texte compréhensible. Retranscrire l’intégralité des propos s’avère pertinent dans certains cas, cependant, le langage oral, transcrit tel quel n’est pas facile à lire et donc, à comprendre.  La transcription in extenso, rapidement indigeste, produit des écrits très volumineux dont la lecture est rendue difficile par les répétitions, les phrases mal formulées ou non finies. La transcription exhaustive peut s’effectuer pour tous les types d’enregistrement. Cependant, son intérêt importe principalement pour l’archivage de l’intégralité des échanges, pour la valeur documentaire des échanges puisqu’elle conserve la communication non-verbale, pour l’analyse ou pour le domaine légal-juridique. Dans certains domaines, tels les sciences sociales, la transcription in extenso permet de restituer l’intégralité des propos de l’intervenant de manière fidèle. Les faux départs ou encore les hésitations se révèlent utiles à l’analyse. La transcription in extenso s’avère nécessaire lorsque l’ensemble de l’environnement doit être conservé ou étudié puisqu’y sont notées toutes les données permettant de contextualiser l’entretien. Si elle se révèle utile voire nécessaire dans certains domaines, la transcription in extenso s’avère moins pertinente pour la compréhension ou pour une communication des idées.

Une transcription reformulée permet d’épurer un texte, de le rendre intelligible tout en conservant la fidélité des idées échangées. En effet, un transcripteur se doit d’être neutre et objectif. Bien qu’il corrige et améliore des propos pour la fluidité du texte, il n’oriente pas le sens des propos et ne prend pas partie. La transcription reformulée offre une transcription claire, conservant la majorité des informations en privilégiant la compréhension et la lisibilité. Elle se révèle plus pertinente que la transcription in extenso lorsque l’on souhaite disposer d’un texte diffusable ou réutilisable sur d’autres supports écrits ou qui puisse servir de matière à une traduction. Ce type de transcription est préféré lorsque l’on reporte à l’écrit des séminaires, des discours, des conférences ou des réunions. La transcription synthétisée présente quant à elle les informations essentielles à retenir. Elle sert pour les diffusions plus immédiates. Les transcriptions reformulées et synthétisées servent principalement les communications externes.

Les besoins de transcription pour les vidéos se révèlent également variés. Les transcriptions s’avèrent utiles afin d’obtenir les sous-titres d’une vidéo ou pour qu’un article agrémente la vidéo en reprenant les idées énoncées. En effet, nombreux sont les lecteurs qui préfèrent d’abord lire le texte, puis regarder la vidéo. La transcription de vidéo s’effectue soit dans la même langue, soit pour produire un texte à traduire. De plus, la transcription de vidéos permet au contenu de la vidéo d’apparaitre dans les résultats de recherche et ainsi optimise le référencement naturel (SEO). Les besoins évoqués répondent majoritairement à une transcription remaniée puisqu’il s’agira de diffusion ou de réutilisation du texte. S’il n’est pas nécessaire de produire in extenso des podcasts vidéo, certains bruits de fond tels les claquements de porte, tout comme les émotions telles que les rires ou les pleurs, peuvent être importants à retranscrire. Les besoins de l’exploitation du texte écrit déterminent également le type de transcription à choisir pour les vidéos.

Le niveau de transcription audio en texte varie selon les besoins. La transcription in extenso, délivrant une information brute, s’avère plus pertinente principalement pour l’archivage, l’analyse et le domaine légal. A contrario, un écrit pour diffusion ou réutilisation, servant de support pour un autre écrit, privilégiera la transcription reformulée ou synthétisée.

Transcription audio en texte : Quel type de transcription pour quel type d’enregistrement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *